VISITE PRIVÉE

La maison qui regardait l’étang


Posé comme une cabane au bord de l’étang face à la ville de Sète, cet ancien hangar raconte une belle histoire.
Celle d’une vie romantique au plus proche de la nature où l’on se déleste du quotidien. Chantal Peyrat, designer et décoratrice d’intérieur vit là au plus près de l’eau les jours où elle ne voyage pas pour rénover, imaginer un nouvel hôtel de luxe.
Elle a voulu pour abriter son atelier et sa maison ce lieu atypique, loin de la ville et du bruit. La tâche va se révéler ardue car l’établissement situé dans une zone d’activité maritime est en triste état et ne correspond aucunement à une habitation.
Chantal est tombée amoureuse de son emplacement face à l’eau et ses vues multiples sur les parcs à huîtres et sur le Mont Saint-Clair. Le jardin était couvert d’immondices mais Chantal n’a vu que le ciel, l’eau et le silence.
L’exercice fût périlleux car elle décide de ne pas toucher à la structure mais de l’adapter à son mode de vie. Le bâtiment fait 17 mètres de long sur 6 mètres de hauteur, l’espace rêvé pour un loft à vivre en famille. La priorité est évidemment donnée à la vue et toute la maison est tournée vers l’étang.



Tout le bâtiment est en métal, il faut donc commencer par l’isolation car elle construit en ce lieu son atelier et sa maison. De grandes ouvertures sont percées pour laisser entrer la nature. Les bords des menuiseries sont habillés de miroirs pour refléter l’extérieur à l’intérieur et oublier l’encadrement.
Les pièces de vie se succèdent le long des ouvertures : un salon cosy en lin jaune pastel, une salle à manger colorée avec ses fauteuils végétaux et sa table en bois et métal massifs, sa cuisine en marbre et laque couleur tabac.
Sur l’arrière un couloir distribue le hammam, de très hauts placards de rangement et un escalier qui mène à la mezzanine.
Chaque recoin est un tableau réalisé par Chantal avec un fauteuil rouge sang et sa cape de toréador, un piano à queue blanc et une huile immense de Cécile Desserle, une amie. Chantal aime mettre en scène les objets, les sculptures, les tableaux de ses connaissances sétoises et ses coups de cœur. Le sol est en noyer uniforme afin qu’il puisse se faire oublier.



Sur la mezzanine la chambre parentale est ouverte sur deux côtés. Comme la cabine d’un bateau on surplombe l’eau. Luxueuse et très confortable, Chantal a privilégié les matériaux qu’elle affectionne : une moquette très épaisse dans la chambre et la feuille de pierre sur le sol et les murs du salon de bain.
Les enfants ont eux une partie dédiée à leurs jeux et leurs sommeils de l’autre côté de la mezzanine pour ne perturber en rien la vie des parents et se sentir plus libres. C’est une belle journée d’hiver, la terrasse abritée sur la partie Est du bâtiment accueille une immense banquette et sa table creusée à même le sol. Les pieds dans l’eau un pêcheur solitaire tourne son visage triste vers l’étang. Cette sculpture très expressive est l’œuvre de Marc Petit, encore un coup de cœur de Chantal.
Une vache rouge broute les brins d’herbe gelés du jardin. Dans cet encrage préservé, les journées sont rythmées par les saisons, le temps.



Alors on écoute Chantal Peyrat nous raconter ses folles journées… Elle essaime les côtes françaises depuis 10 ans car elle est l’architecte d’intérieur et décoratrice du Groupe Barrière. Elle a fait entrer des chevaux géants dans un hôtel Barrière à Deauville, créé un bar à cigare au Majestic de Cannes, apporté un peu de folie à la plage du Gray d’Albion, réalisé une sculpture en sel pour le bureau d’accueil du Royal Thalasso de La Baule mais elle reste toujours étonnée de son succès. Chantal a appris son métier, seule, après des études de commerce. Elle commence par dessiner et réaliser une collection de meubles avec les matériaux qu’elle préfère le bois et le métal. Elle se plait à décorer sa première maison. Son caractère décidé et une rencontre incroyable lui permettent de se révéler et de réaliser son premier projet : le Casino de Cassis.
Aujourd’hui dans tous ses projets elle crée des meubles, des objets sur-mesure. Son style est bien arrêté : c’est l’art de vivre à la française avec son côté chic et intemporel, un classique chamboulé !
Ses projets pour l’année qui arrive sont multiples : le Casino du Cap d’Agde architecturé par l’agence A+, un hôtel dessiné par Jean Nouvel, un hôtel à Courchevel, une résidence étudiante « branchée » Ecla. Du luxe toujours mais Chantal est éclectique et s’essaie à tous les exercices car son dynamisme et son petit grain de folie lui permettent tout.



Design et architecture intérieure : Chantal Peyrat
www.chantalpeyrat.com
* Cette maison peut être louée en saison estivale chez Grace Nicols Homes sur www.gracenicols.com


Texte : Isabelle Aubailly
Photos : Juliana de Giacomi