ESCAPADE

Yndo à Bordeaux








Agnès Guiot


La fin des années 2000 marque un tournant pour Bordeaux qui devient ville du Patrimoine Mondial de l’Unesco. Les yeux du monde entier se tournent vers la belle endormie dont le potentiel architectural n’a pas son pareil. Agnès Guiot qui y a fait ses études, en a gardé le souvenir d’une ville où il fait bon vivre.

Après 15 ans passés à imaginer, créer et gérer une brasserie et deux hôtels face à l’océan à Biarritz, Agnès ressent cet engouement croître pour la majestueuse Gascogne.

Ses clients internationaux qui séjournent dans ses établissements de Biarritz font échos de l’intérêt qui lui est porté. Alors Agnès, qui avait en tête de créer un nouvel hôtel, se rend dans la ville portuaire. Elle a rendez-vous pour sa première visite au 108 rue de l’Abbé de l’Épée. C’est le coup de cœur ! La rencontre parfaite entre une femme créative, et un hôtel particulier typiquement Bordelais du XIXe siècle.

Agnès est une pure autodidacte de l’architecture d’intérieur et du design. Elle apprend au fil des années et des rencontres. Ses clients qui aiment sa personnalité et son goût raffiné et novateur, la sollicitent pour réinventer leurs propriétés. Son regard sur l’esthétique se développe et s’enrichit. Elle a un talent inné pour appréhender un espace et son potentiel de transformation. C’est ce qu’il se passe lorsqu’elle découvre la maison de famille qui deviendra l’hôtel Yndo.

La magie opère instantanément quand Agnès traverse la cour sans vis à vis et rentre dans cette ravissante demeure. Elle goûte avec enthousiasme aux énergies fortes et positives du lieu. Elle s’y sent bien. Au diable son projet initial, ici sera un hôtel 5 étoiles de 12 chambres !

Après une longue période de travaux, durant laquelle Agnès mûrie, prépare, mature chaque coin et recoin du lieu, son hôtel Yndo ouvre ses portes. Le pari est relevé ; le 5 étoiles est un écrin chaleureux, élégant et décontracté où l’hospitalité est art de vivre. L’hôtel est pensé comme une jolie demeure qu’un client peut s’approprier. Il ne s’offre pas une simple chambre mais bien tout un univers, une grande maison pour lui seul. Le ressenti de convivialité est immédiat.

Agnès a réalisé un équilibre parfait entre un service impeccable, qui donne ses lettres de noblesse aux hôtels de ce standing et la convivialité, le rapport humain direct, fin, sans condescendance. À l’hôtel Yndo l’accueil est très incarné, à son image.

Chaque détail est personnalisé par les équipes. Agnès elle, passe du temps avec ses clients, devine leurs attentes, il lui arrive même de cuisiner pour eux !

Yndo est un concept hôtelier novateur, le « GENELUX ». Cette contraction de générosité et de luxe, qu’Agnès ne peut imaginer aller l’un sans l’autre, magie d’une demeure classique à taille humaine, service fin, raffiné, direct et personnalisé.

Cuisine gourmande de produits de saison, du marché « faite maison ». Agencement haut de gamme des salles de bains et choix très pointu du mobilier, qui lui donne des airs de galerie de design. L’œil aiguisé d’Agnès s’exprime dans chacune des pièces de l’hôtel particulier et de son Jardin des Senteurs. Notre coup de cœur se nomme la Suite Yndo : 65 m2 de bonheur avec des couleurs ensoleillées, un peu de disco, du bois chaleureux et la lampe Capellini.

Un mélange savoureux, osé et plein de gaieté. On a envie de danser, de sauter sur le lit, de prendre des selfies devant le rideau « Paco Rabanne », de prendre un bain dans l’élégante baignoire en laque noire et enfin de s’endormir dans la couette moelleuse de l’immense lit en bois clair.

Résolument tournée vers la créativité et les artistes, la décoration des 12 chambres, de la salle à manger, des salons et de la terrasse ombragée confère à l’espace une atmosphère unique en son genre. Tous les meubles et objets, chinés par les soins d’Agnès, sont des œuvres d’art ou de design ; un sofa de la maison Edra, une céramique de Joël Cazeaux posée sur une console poétique signée Hubert Le Gall. Agnès confie également les murs de l’hôtel Yndo à des artistes, qu’elle aime pour leur travail souvent sans concession.


Conversation avec Agnès Guiot, décoratrice et propriétaire de l’hôtel

C'était quoi l'hôtel Yndo avant ?
C'était un hôtel particulier, une maison de famille totalement abandonnée et pourtant si belle. Ce fût un véritable coup de cœur pour moi car il y avait l’espace, il y avait la richesse des bâtiments et il y avait l’emplacement !

Quels ont été les travaux principaux de rénovation effectués ?
Le lieu était dans un état de délabrement avancé car inoccupé depuis de longues années et en vente depuis plus de 5 ans. Nous avons effectué d’énormes travaux de rénovation. Il fallait lui redonner tout son éclat en gardant certains vestiges du passé comme les boiseries et les moulures des pièces de réception et redonner vie aux anciennes écuries qui s'écroulaient.
Pour atteindre le second étage, celui des gens de service nous avons du prolonger l'escalier principal très sombre car juste éclairé par des petites lucarnes et lui offrir un ascenseur obligatoire dans notre type d’établissement. Toutes les pièces ont été transformées pour optimiser le nombre de chambres et salles de bains aux normes 5 étoiles. Les sous sols ont été ennoblis pour accueillir les pièces techniques nécessaires au confort d'un hôtel de ce standing telles que la lingerie, la chaufferie, la salle de climatisation, le local électrique, les espaces de stockage, la bagagerie et la salle de réunion.


Comment s'est fait le choix des matériaux ?
Le choix des matériaux tels le noyer américain et le chêne s'est fait naturellement car j'avais la volonté de privilégier les matériaux nobles. Les différentes essences de bois apportent confort et prestige à la décoration intérieure.

Quel type de mobilier et décoration avez-vous sélectionné ?
Je choisis la décoration d’une pièce en fonction d’un objet, un meuble ou une oeuvre d'art que j’apprécie particulièrement. Je pars de cette découverte pour structurer toute la décoration. Tel le lampadaire de Cappellini dans la suite Yndo ou le lit Edra à baldaquin des frères Campana dans la Crazy Room 26. Ici, j'avais juste envie de mettre en avant des créations, des artistes ou des meubles ou accessoires qui m'émeuvent. J’aime beaucoup Hubert Legall, un artiste dont la poésie m’interpelle comme ses fauteuils « baleine ».
J'ai une préférence pour le mélange des styles et des couleurs, chaque lieu m'inspire différemment. Chaque chambre a sa propre histoire, elle a été imaginée pour vivre une expérience unique.


Un restaurant ou table d'hôtes ?
Nous avons opté pour un service de restauration sur-mesure réservé aux hôtes avec une cuisine simple de produits frais et de saison.

Avez-vous des adresses personnelles à nous confier ?
Mes restaurants préférés à Bordeaux sont Garopapilles et Tentazioni. Quand j’ai envie de faire du shopping, je vais chez Jane de Boy, un concept-store chic et tendance. Pour dîner et boire un verre, une seule adresse, le Cinq sur les allées de Tourny ! Pour partir à la découverte de l’art urbain je m’arrête à la Galerie Cox. Enfin, je passe du temps à La Folie Douce au Cap Ferret et à la boutique Stella Forest. Et je travaille sur mon prochain projet : créer la 13e chambre de l'hôtel conçue autour d’une cabane ostréicole sur le port de Piraillan sur la presqu'île du Cap Ferret.


Hôtel Yndo
108 rue Abbé de l'Épée, 33000 Bordeaux
Tél. : 05 56 23 88 88
yndohotelbordeaux.fr


Texte : Isabelle Aubailly
Photos : Nicolas Seurot - Legend Drivers