ESCAPADE

Un jour au 35 Mai









Au cœur de l’Ardèche authentique, Muriel et Éric témoignent d’un certain art de vivre avec la réalisation d’une étonnante maison d’hôtes emplie de charme et de couleurs.

« Bienvenue à la maison » lance Muriel depuis la haute porte de bois de la rue des Bourgades. Le voyageur arrive au 35 Mai après avoir sillonné une jolie route escarpée entre oliviers et châtaigniers. Au carrefour des Cévennes et de l’Ardèche méridionale, Les Vans est un village où il fait bon flâner à travers les ruelles médiévales à la découverte de son histoire.

Quand Muriel et Éric achètent cette grande maison il n’y a pas d’électricité, les murs sont tagués et des détritus recouvrent les sols : un squatt sale et totalement délabré.

L’habitation compte trois étages, plusieurs terrasses et un jardin de 2000 m2 qui regarde l’église romane du village. Si le projet peut sembler fou, il n’effraie cependant pas Muriel et Éric qui se lancent à corps perdu dans ce nouveau projet de vie.

Autrefois propriétaires du Château d’Uzer, ils avaient déjà, seuls, avec leurs simples mains et folie, rénovés toutes les pièces du château. Pendant 15 ans ils ont vécu avec leurs 3 filles dans le domaine, mais au départ des enfants, le lieu était bien trop grand, bien trop silencieux.

Alors, au beau milieu de cette Ardèche qu’ils chérissent depuis des années, ils décident de capitaliser sur cette nouvelle maison d’hôtes. Pendant 3 ans ils vont nettoyer, décloisonner pour retrouver les volumes initiaux et enfin imaginer six appartements à l’accent du sud.

Un peu surpris par l’ampleur des travaux ils se font aider pour la remise en état de toute la façade et des menuiseries. La partie la plus ancienne de la maison (cuisine et salle à manger) doit dater du XVIIe siècle quand on admire ses plafonds voutés tandis que la partie côté rue date de la fin du XIXe. Les fenêtres ont du être adaptées aux courbures des ouvertures et être fabriquées en bois clair. Pour préserver les empreintes du passé, les nouveaux propriétaires ont mis en valeur les plafonds, les ouvertures, la pierre au sol et sur les murs, les moulures dans les chambres.

Tous les sols ont été réinventés par Éric. C’est un ragréage en béton gris soutenu que Muriel a poncé puis ciré pour lui apporter un léger grain rustique. Les salons du premier étage qui jouxtent la cuisine donnent le ton de la maison. La lumière entre à flot par toutes les fenêtres et révèle les matériaux des sols et des murs. La structure reste inchangée, elle est embellie par les teintes naturelles et la décoration à la fois contemporaine et vintage.

À l’étage supérieur les quatre chambres d’hôtes sont un écrin unique à l’ambiance chaleureuse et voyageuse.

Dans les salles de bains, les carreaux de ciment récupérés au sol ont permis de réaliser les douches et les lavabos. Les dessins graphiques, les teintes bleues, grises ou vermillon délavées apportent un charme suranné à chaque pièce.

Chaque chambre a son code couleur et Muriel aime à jouer sur les palettes des teintes, des matières et des imprimés.

Le végétal est à l’honneur dans la chambre M avec un papier-peint panoramique équatorial, une banquette en velours vert chinée, des rideaux de lin et des dessins anciens sur les murs blancs.

Le bleu pâle en tête de lit et dans les carreaux ciment de la salle de bain, les perroquets colorés sur le papier-peint et l’osier de la chaise nous transportent en un instant dans un pays d’Amérique du Sud. Nous sommes dans la chambre A !

Dans la I, les jaunes ensorcellent le tapis marocain et des draps en lin, pour mieux se marier au gris des murs et à l’immense miroir ancien qui habille la cheminée.

Partout, le mobilier vient de lieux multiples car chiné chez des antiquaires, brocanteurs.

Muriel adore les objets incongrus, les pièces qui ont une histoire et elle ne se lasse pas de chercher la lampe, le tapis, la table basse, le luminaire qui pourra meubler un espace. Elle a un goût certain pour mêler les meubles, les objets et les œuvres d’art.

Chaque lieu est habité pour avoir l’impression d’être chez soi. Le potentiel de cette maison est aussi sans aucun doute dans son extérieur. Ainsi, si la maison est sur le plan architectural ouverte sur l’extérieur avec ses multiples terrasses, la piscine comme un long couloir de nage est un atout indéniable. Creusée comme un bassin, ses eaux vertes reflètent les multiples plantations de Muriel et Éric. Un salon confortable à l’abri du soleil permet de se reposer ou de rêver les yeux rivés vers l’eau. « L’idée est que chacun puisse vivre comme il a envie, paresser, se baigner, lire ou dormir… »

Les propriétaires ne se prennent pas au sérieux et si on ne peut qu’admirer leur force de travail et leurs idées multiples, on peut aussi apprécier leur vraie liberté de ton.

On aime l’immense banquette en cuir vieilli et la lithographie de Viallat dans le grand salon, on adore la chambre 3 avec son air de toscane, on rêve de plonger au petit matin dans le bassin gris, on espère un soir dîner à la bougie sur la terrasse face à la collégiale…

Le calme et l’harmonie attirent jeunes touristes égarés dans la campagne ardéchoise, voyageurs culinaires de tous les pays ou simples passagers d’un jour séduits par ce lieu atypique à l’esprit «maison de famille», proche de la nature et d’instants authentiques !

Le 35 Mai existe quelque part au cœur de l’Ardèche, il faut savoir le découvrir, l’accueillir et le vivre.


LE 35 MAI
15 rue des Bourgades, 07140 Les Vans
www.le35mai.com


Restaurants :
Likoké Après une belle carrière en Belgique (en partie à la télévision), Piet Huysentruyt poursuit sa route en Ardèche... et c'est tant mieux ! Des saveurs bien marquées, une vraie harmonie dans les textures, des plats qui célèbrent le terroir, la fête, le savoir-vivre, bref : voilà une table bien dans sa peau, pleine de plaisir. (1* Michelin).
www.likoke.fr

L’Auberge de Banne
Place du Fort, 07460 Banne
www.aubergedebanne.fr


Texte : Isabelle Aubailly
Photos : Juliana de Giacomi