ARCHI/DESIGN

Le MoCo

Un nouveau musée ambitieux à Montpellier


« « Dans cet espace magnifique, à deux pas de la gare de Montpellier, et au cœur de la ville, nous nous devions d'être fidèle à notre esprit novateur. Doter la ville d'un centre d'art contemporain, pivot d'un ensemble complémentaire et basé sur un modèle inédit correspond bien davantage au laboratoire culturel qu'est Montpellier. »
Philippe SAUREL, Maire de Montpellier, Président de Montpellier Méditerannée Métropole

Le MoCo sera avant tout une structure inédite avec une ouverture prévue en 2019. Capable de répondre aux enjeux de l'art, il sera conçu sous la forme d'un EPCC (établissement Public de Coopération Culturelle) avec pour objectif recherché, la complémentarité. Ainsi, le projet intégrera plusieurs sites, et ce, dès sa conception : l’Hôtel Montcalm, la Panacée actuellement dédiée aux arts numériques, et l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier. Ces deux lieux d'exposition bénéficieront du bouillonnement de l'École des Beaux-Arts, tandis que les étudiants pourront profiter de la richesse de la programmation de la Panacée et du Centre d'art. Cet ensemble permettra de maîtriser toute la filière professionnelle de l'art, de la formation des étudiants à l'exposition des œuvres. L'institution sera à même d'assumer des enjeux d’avenir, en créant à Montpellier, ville dont la culture est l'un des marqueurs identitaires, une organisation centralisée autour du monde de l'art.

L’Hôtel Montcalm sera la pièce centrale du projet, situé en plein cœur de la ville, proche de la gare Saint-Roch. D’abord destiné à devenir le musée de l’Algérie, l’Hôtel Montcalm autrefois hôtel particulier, vient se nourrir de son histoire et de sa géographie pour devenir le quartier général de la création. Ce dernier va être transformé en centre d’art contemporain par l’agence parisienne PCA-STREAM de Philippe Chiambaretta Architecte. Rompant avec son caractère figé et solennel, PCA-STREAM propose un travail de réhabilitation de l’Hôtel Montcalm. Plutôt que d’imaginer des travaux architecturaux monumentaux l’équipe privilégiera la collaboration avec des artistes autour d’interventions sur des points clés du site. Ces derniers créeront des pièces contribuant à l’identité singulière du lieu, au travers d'une approche visant à recycler l’existant. Il s’agit d’apporter de la plus-value au projet sans surcoût, réutiliser plutôt que détruire.

Ce nouveau lieu deviendra un moteur culturel pour le quartier. Avec le MoCo, et sa présidente Vanessa Bruno, créatrice de mode française d’origine danoise, Montpellier pourra se positionner au cœur d’un réseau artistique régional, national et mondial.

Pour devenir ce quartier général, le MoCo devra être un lieu de vie attractif et désirable, où l'on aimera venir déjeuner, dîner, prendre un verre ou un café. L'offre de restauration sera créative, abordable, locale et généreuse. La fonction d'information, d'échange et de transmission sera aussi facilitée par la flexibilité dans l'aménagement des espaces :
• Le parc, qui revisitera l’inspiration arabo-andalouse du jardin existant et proposera une expérience sensorielle et poétique. Les visiteurs pourront profiter de ce lieu sans aller dans le musée.
• 3 niveaux d'expositions viendront s’appuyer sur la mise en valeur des éléments patrimoniaux et le détournement de l’écriture classique du lieu par des interventions contemporaines.
• Un restaurant proposant une offre de produits alimentaires locaux, abordables et de qualité.
• Un café, avec une grande table invitant aux rencontres et au partage, ainsi qu’un comptoir de vente à emporter.
• Une boutique originale et modulable.
• Des espaces flexibles qui permettront d'accueillir tous types d'événements.

Montpellier fait donc le pari d’une ville durable par le choix de la réhabilitation et de la mise en réseau de différents lieux culturels de son centre historique, plus grande zone piétonne en Europe après Venise. Le public sera invité à suivre un parcours rassemblant les autres lieux de la ville dédiés à l'art. Ainsi, des passerelles déjà amorcées, vont continuer de s'établir entre le Pavillon Populaire, le Carré Saint-Anne, l'Espace Dominique Bagouët ou encore le Musée Fabre. Dans cet ensemble, le Centre d'art sera un véritable point de connexion.

Le Centre d'art de Montpellier Méditerranée Métropole affichera la particularité d'exister sans collection permanente. Les expositions temporaires se présenteront sous forme de sélections d'œuvres issues de collections existantes, consacrées à un artiste, à un groupe d'artistes ou encore à des collections exceptionnelles dans leur ensemble. À cette offre principale, viendra s'ajouter une programmation plus discrète mais tout aussi captivante. Des artistes internationaux se verront passer commande pour mener des projets contribuant à l'aménagement des lieux ou occupant simplement ses espaces hors exposition (murs, café, parc...).

Le MoCo sera le futur lieu de rencontre et de rendez-vous, un lieu où la jeunesse de Montpellier pourra se retrouver, un lieu qui centralisera toutes les informations sur les actions culturelles, un lieu au cœur du dispositif créatif de la ville.


Texte : Clhoé Miotto