ARCHI/DESIGN

Mille arbres

Sou Fujimoto & OXO Architectes, Paris


« Mille arbres, avec son village et sa forêt habitée propose une nouvelle « skyline » verte pour Paris. »
Sou Fujimoto et Manal Rachdi, architectes du projet


C’est un incroyable projet et futur immeuble pont au-dessus du périphérique qui a remporté le concours "Réinventer Paris" lancé il y a plus de deux ans par Anne Hidalgo et renommé comme un des concours d’architecture les plus ambitieux du moment en Europe. 372 projets portés par des architectes et des start-up du monde entier avaient été déposés à la suite du lancement, fin 2014 de cet "appel à projets urbains innovants" destiné à dessiner le Paris de demain. Mais seuls 22 ont été retenus. L’objectif étant de réinventer une vingtaine de sites parisiens, pour qu’ils deviennent des modèles de la ville du futur en matière d’architecture, de nouveaux usages, d’innovation environnementale et de co-construction.

Le projet Mille arbres s’est donc distingué parmi les 17 candidats qui s’étaient proposés pour repenser le site Pershing situé avenue de la porte des Ternes dans le 17e arrondissement, qui est aujourd’hui sous-valorisé. Ce site est un lieu stratégique du Grand Paris, reliant le quartier central des affaires à La Défense. C'est à l'horizon 2022 que le projet de Mille Arbres imaginé par deux architectes, le japonais Sou Fujimoto et le français Manal Rachdique va prendre place. Un petit village flottant dans un embrun de verdure urbaine.

Entre nature et architecture, ce qui frappe au premier regard dans le projet Mille arbres c’est le foisonnement de végétation et la dimension à taille humaine. Le projet mérite son nom puisque 1 000 arbres y seront plantés. Les essences ont été sélectionnées en fonction de leur capacité à vivre dans l’atmosphère urbaine. Plantés au-dessus du périphérique, ils contribueront à masquer la dernière frontière de Paris, en même temps qu’ils créeront un rempart contre la pollution.

Ces 1 000 arbres agrémenteront un parc, accessible au public, dédié à la promenade et à la rencontre. Implanté sur le bâtiment, ce dernier sera un vaste socle paysager, berceau de la biodiversité pour créer du lien où parisiens et touristes du monde entier seront plongés dans un environnement refuge de la biodiversité, sans équivalent dans un milieu urbain. Mille arbres propose ainsi de reconnecter l’homme à la nature et de lui offrir les aménités d’un cadre de vie sain et qualitatif. Suivant cet objectif, le projet répond au besoin de nature des parisiens en leur donnant à voir et à comprendre les écosystèmes naturels qui les entourent : une maison de la biodiversité où des ateliers pédagogiques seront organisés par la Ligue de protection des oiseaux, la Maison du jardinier et des serres potagères invitent également à la découverte de la nature. Au milieu du parc s’élève le bâtiment à la morphologie singulière, affiné du toit vers le sol, où seront mixées les fonctions urbaines. Ses volumes en suspension, traversés de patios laissant circuler la lumière naturelle, accueillent un véritable écosystème urbain : avec 127 logements dans les derniers niveaux, permettants aux habitants de profiter de la meilleure vue (plus de 11 000 m² dont 50% de logements sociaux et intermédiaires). Le bâtiment est surplombé d’un vaste parc, refuge de la faune et de la flore locale, hébergeant un village de maisons en bois et matériaux biosourcés. Mille arbres, c’est aussi des bureaux d’une superficie totale de 27 589 m² répartis entre deux immeubles indépendants, un hôtel 4 étoiles de 250 chambres, conçu en pensant aux voyageurs contemporains, ces clients d’un nouveau type souhaitant à la fois confort, convivialité et vivre une expérience particulière. Une rue gourmande : « la rue des chefs », a vocation de créer un passage entre Paris et Neuilly. Elle est principalement constituée d’un Food Court « nouvelle génération », créé par Philippe Starck avec une place dédiée aux tables d’hôtes, des ateliers ou une école de cuisine diététique.

Les architectes ont aussi pensés une gare routière ultra-moderne sur deux niveaux avec un rez-de-chaussée voué à l’accueil des voyageurs qui offrira un service de billetterie, de restauration et des espaces d’attente et d’information, et un espace en sous-sol pour l’accès aux rails, accessible par les usagers depuis le rez-de-chaussée, mais aussi par une rampe à double sens depuis le boulevard Pershing.

Le bâtiment placera l’enfant au cœur du projet : Mille arbres proposera un pôle enfance composé d’une grande plaine de jeux couverte, d’ateliers sur le thème de la biodiversité avec initiation à l’apiculture, au jardinage, à la botanique ou encore la construction de cabanes en matériaux recyclés, de deux crèches de 60 berceaux, et d’une halte-garderie. Mille arbres, c’est donc remplacer la frontière que représente le périphérique, c’est un parcours public, une forêt abritant des immeubles d’habitation et de bureaux, un hôtel, des restaurants, un grand pôle dédié aux enfants, une gare routière, le tout en un lieu unique. Il est donc intéressant de voir qu’au travers de ce projet, les hommes n'ont pas la volonté de repousser sans cesse leurs limites vers la course à la hauteur, mais osent un autre modèle de développement urbain, en plantant notamment 1000 arbres, au-dessus du périphérique en plein Paris afin de symboliser un empreint de sagesse, et ainsi participer à l’action résolue en matière de développement durable de Paris qui vise à rendre la ville toujours plus attentive et respectueuse de son environnement.



Mille arbres est une véritable prouesse architecturale, cette canopée urbaine est le symbole de la réconciliation entre nature et architecture et l’image d’un nouvel urbanisme en France qui sera un des vrais enjeux pour la ville du XXIe siècle. Ce projet symbolise ce que pourrait être le périphérique de demain : un berceau de la biodiversité créant du lien entre Paris et sa banlieue, entre Paris et le Grand Paris… un territoire enfin réuni.

« Nous proposons aux Parisiens un nouvel art d’habiter, de travailler et de vivre. Nous invitons les riverains à découvrir le monde des plantes, de la biodiversité et de la gestion durable des ressources naturelles. Mille arbres est un projet bioclimatique en dépit de sa taille. Un soin particulier est apporté aux usages individuels, mais aussi aux pratiques collectives autour de l’expérience du partage. » Emmanuel Launiau, Président du Directoire d’OGIC ; promotion immobilière.


Texte : Clhoé Miotto