ARCHI/DESIGN

L’Aréna d’Aix-en-Provence

Christophe Gulizzi, architecte

© Lisa Ricciotti

« Laissons de côté le régionalisme, sortons de la trivialité, de l’évidence ; racontons une histoire, celle du paysage Aixois de demain, celle d’un territoire entre eaux et cieux, ondes fluides et éthérées, où les choses paraîtraient ne plus être ce qu’elles sont, car la poésie interprète pour nous. »
Christophe Gulizzi, architecte du projet


C’est un magnifique et ambitieux projet qui a vu le jour à Aix-en-Provence, une toute nouvelle réalisation qui bouleverse le paysage. Ce bâtiment accueille un équipement nouveau, sportif et humain, à la hauteur des ambitions de la ville : l'Aréna du Pays d’Aix.
Idéalement situé au sud d’Aix-en-Provence, plus exactement à Luynes, en bordure de l’autoroute Aix-Marseille et loin des habitations, le projet porte sa propre identité ce qui représente une nouvelle passerelle, un signal puissant pour la ville.
L'Aréna se développe sur 20 000 m² de surface et trois niveaux. Elle comporte une grande salle modulable dotée d'une enceinte en forme de « chaudron » qui se décompose en deux couronnes haute et basse pouvant être séparées l'une de l'autre pour s'adapter aux événements organisés. Voué à une haute multifonctionnalité, le bâtiment peut être utilisé pour toutes sortes d'animations et de spectacles variés, d'ordre sportif ou culturel. Grâce à des gradins rétractables, sa capacité peut évoluer d'une configuration handball, avec 6 000 places, à celles du hockey sur glace (5 218 spectateurs), du tennis (6 738 places) ou de la boxe (7 380 sièges), alors qu'en salle de spectacle, avec une scène centrale, 8 500 spectateurs peuvent être accueillis. L'Aréna compte également une salle annexe qui, munie de tribunes aptes à recevoir entre 1 000 et 2 000 personnes, permet l'organisation de rencontres sportives avec des clubs d'envergure moindre.
Le palais des sports peut accueillir des compétitions internationales ou des spectacles dans un bâtiment futuriste.
Le projet a été imaginé par l’architecte Marseillais Christophe Gulizzi associé dans ce projet à l’agence d’architecture Allemande Auer Weber pour les équipes de Fayat Bâtiment, vainqueurs du concours lancé par le Pays d’Aix. Les architectes se sont servis de l’activité de ce bâtiment comme concept du projet, car le sport est aujourd’hui devenu significativement spectaculaire et évènementiel. Le symbole d'un bâtiment destiné à accueillir de tels événements doit donc être personnifié. Le projet tourne autour de la notion d’arène qui est un théâtre contemporain, un lien entre sport et culture.
Le projet est construit dans un esprit d'architecture agréable et émotionnelle, à cet égard, l'idée d'une façade classique a disparu, pour révéler une stratification d'anneaux superposés et dynamiques. Ce jeu d’anneaux dessine la forme ovale du bâtiment. Cette coque de protection, faite de bandes d'aluminium, reflète le paysage environnant, selon l'humeur du temps. Il se fond dans son environnement, impose doucement sa géométrie et, largement ouvert sur une esplanade, devient un véritable lieu public.
La façade réagit de manière géométrique aux conditions du lieu : en direction de la place principale, les anneaux flottent horizontalement de manière bien plus prononcée que de l’autre côté du bâtiment, créant ainsi une projection en direction des spectateurs entrant dans l’Aréna.
Le palais des sports est la porte de la ville, le signal fort, structurant le paysage en renforçant la présence du végétal. Visible et avec une identité marquée, c'est une véritable icône. Au cœur d'un aménagement territorial, ce lieu fonctionnel, adaptable et évolutif, scintille et fait le show à lui seul, pour mieux inviter les spectateurs à entrer dans l’arène. C’est donc un beau projet pour la ville d’Aix-en-Provence où la décomposition des structures offre une dynamique, une allégorie architecturale du mouvement et du sport.


© Lisa Ricciotti

Texte : Clhoé Miotto