ARCHI/DESIGN

La nouvelle Gare

Montpellier-Sud de France

« C'est une gare méditerranéenne qui préfigure un projet d'éco-cité. Aussi, cet espace public sera une gare jardin à la croisée de la ville et de la nature », affirment les architectes.


Le réseau ferré de France a confié au groupement Icade la promotion de l’ensemble du chantier. La maitrise d’œuvre a été donnée aux architectes Marc Mimram et Emmanuel Nebout, ainsi qu’à la société Egis pour l’ingénierie. La construction de cette nouvelle gare sera effectuée par Fondeville. La réalisation de la nouvelle gare TGV « Montpellier – Sud de France » résulte donc d’un partenariat public-privé. C’est la première fois sur la réalisation d’une gare en France, que la SNCF n’est pas le maître d’œuvre. Jusque-là toutes les gares de France étaient réalisées par Jean-Marie Duthilleul, l’architecte de la SNCF. Pour cette gare, aucun cadre précis n’a été fixé aux architectes, sauf la contrainte d’être une gare-pont au-dessus des voies ferrées.

Cette future gare qui sera livrée en 2017, constituera le nouveau pôle d’échange multimodal du quartier Odysseum. Elle se situe sur la nouvelle ligne à grande vitesse du contournement Nîmes–Montpellier, une ligne qui devrait être prolongée jusqu’à Perpignan et Barcelone. La deuxième gare de Montpellier placée au sud-est du centre-ville (La Mogère-Pont Trinquat) sera, elle, au coeur du projet « Oz nature urbaine », porté par Montpellier Agglomération : pôle d’affaires, campus créatif, ville résidentielle, intense ou commerçante avec 200 hectares d’espaces verts, OZ Montpellier Nature Urbaine offrira à ses habitants, cadres et salariés, étudiants et chercheurs un environnement de vie respectueux de la qualité paysagère et patrimoniale du site dans lequel il s’insère. Une Nature Urbaine, dessiné par Kees Christiaanse, architecte-urbaniste de l’agence KCAP et Guéric Péré, paysagiste de l’agence Ilex.

Le bâtiment sera une « gare-pont », une architecture ambitieuse organisée d’un seul bloc rectangulaire qui enjambera les voies ferrées. Huit voies traverseront la gare dont deux passantes pour les trains de fret et six à quai pour les dessertes voyageurs. La future gare, conçue comme un pont au-dessus de la nouvelle ligne du contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier, comprendra un bâtiment voyageurs de 3 500 m² et un parc de stationnement. Le projet est évolutif. La gare, conçue pour accueillir 3,5 millions de voyageurs par an en 2030, pourra être doublée à l’est et prolongée à l’ouest.

Marc Mimram et Emmanuel Nebout ont imaginé une grande halle d’attente (transit des voyageurs, commerces et services) de 11 m de haut où siégera un piano en libre service. D’un côté s’aligneront les commerces et de l’autre, une terrasse offrira la vue sur les voies. La couverture se déploiera au-delà des limites de la gare. Celle-ci sera de ce fait très spacieuse et lumineuse grâce aussi à sa grande toiture perforée en béton fibré de hautes performances, qui sera ondulée dans un sens, plissée dans l’autre, les plis donneront la résistance à la structure, comme les nervures d’une feuille. L’édifice devrait s’inscrire dans ce contexte de grand paysage, entre ville et nature, notamment grâce à son parvis-jardin au sud. Les quais bénéficieront d’un traitement paysager.

La future gare de Montpellier sera connectée à la gare Saint-Roch et à l’aéroport par les transports en communs existants, puis avec l’extension des lignes 1& 3 du tramway. Des parkings ainsi que des voies cyclables et piétonnes permettront à l’ensemble des voyageurs d’accéder à la gare. Le parvis de la gare installe un espace public majeur en regard du parc Nègue-cats, abritant les parcs de stationnement, la dépose minute, les stations de taxis et la gare routière au plus près de la connexion avec les trains.

Un beau projet ou une architecture innovante et ambitieuse viendra se rajouter au beau panel architectural de ces dernières années, de la ville de Montpellier. « Nous avons voulu que ce soit une gare de Montpellier et de nulle part ailleurs et la couverture faite dans un nouveau matériau en béton de fibre va filtrer la belle lumière du sud dans une grande halle commune », Marc Mirman.

Texte : Clhoé Miotto (architecte en herbe)

Voir nos inspirations



Feuilletez
tous nos magazines
en ligne !